Que faire après une campagne !

En 2019, j’ai terminé trois campagnes.

La première, celle sur STAR WARS au confins de l’empire ou mes joueurs jouaient dans une version alternative ou l’empereur Palpatine était un véritable héros ou en créant une sorte d’embargo sur les mondes des bordures extérieurs et en instaurant les jeunesses impériales avaient créé un nouvel âge d’or pour les mondes du noyaux et une confiance sans faille du peuple. Pensez, quand à l’âge de dix ans la jeune Leïa Organa détruit tout espoir de rébellion en dénonçant ses parents, ça calme.
(faut vraiment que je mette toutes mes notes aux propres)

La deuxième, les argonautes, la campagne pour Antika le jeu de rôle grecquo fantastique ou vous incarnez des demis dieux en quête de leurs divinités et dans le cas présent membre de l’argos en compagnie de Jason et toute sa clique en quête de la toison d’or.

La troisième le royaume des cieux pour Capharnaüm le jeu de rôle arabisant et des milles et une nuit créé par les Français du Studio Deadcrows.
Contrairement aux deux autres, celle-ci n’est pas arrivé à terme mais a été stoppé faute de joueurs.

Et la fin d’une quatrième se profil sous le nom de The Sprawl, car je me sens plus vraiment de mener mes petits mercenaires à travers la ville spatiaux port qu’ils ont créés en orbite haute autour de la terre.

D’habitude, j’aurais directement enchaîné par lancer une nouvelle campagne au long fleuve, histoire de prendre mon pied à faire vivre de nouvelles aventures.
Mais … Il y a un mais !

Quand je fais mon auto critique sur ses trois campagnes, je doute. Je me demande si je veux vraiment me relancer sans filet sur un autre jeux.
Alors comme un nouveau célibataire qui enchaîne les rencontres pour oublier et s’amuser, je me suis mis à enchaîner les one shots changeant de jeu et/ou d’univers à chaque fois. Reprenant d’ancien jeux qui croupissaient dans ma bibliothèque pour les remettre tout de suite après sur l’étagère.

Faire son autocritique

Pour autant, je pense qu’il est primordiale de faire son autocritique et ceux afin d’évoluer. C’est un peut comme un entretien annuel (oui, c’est la période qui veut ça!) c’est nécessaire pour voir si on a atteint ses objectifs et se définir de nouveaux challenges pour les prochaines campagnes.
Identifier ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas marché.
Ses réussites et ses erreurs.

Aussi, je vous propose un petit modèle sous forme de question pour identifier ce qui est bon et ce qui doit être amélioré avec à chaque fois une explication.
Pour cela, je me suis inspiré de l’article Contrôle continu pour MJ lui-même une traduction de GM Performance Review.

Le contrat social a t’il été respecté ?
Qu’il ait été tacite ou bien rédigé, le contrat social est pour vous entant que MJ, l’engagement que vous avez formulé envers vos joueurs et inversement.
Il est donc important avant d’aller plus loin de comprendre si certains points n’ont pas été respecté, pourquoi ils ne l’ont pas été et juger ainsi de leurs pertinences.
S’il a dû être modifié pour coller à la partie, ces modifications sont elles circonstancielles ou applicable de manière générale et donc devrait en faire partie par défaut.

Quel a été l’ambiance de la table ?
Ici, on va s’intéresser à deux points : la première est l’ambiance de la partie elle-même, êtes-vous arrivée à donner l’ambiance que vous souhaitiez au jeu ?
A titre d’exemple, je voulais faire une ambiance épique à la campagne d’Antika. Le problème, c’est que plusieurs de mes joueurs ont choisi comme pouvoir de parler avec des animaux et d’un coup ont est passé d’Apollonios de Rhodes à Pratchett !
Le deuxième point est l’ambiance autour de la table. Il faut identifier :

  • S’il y a eut des moments ou vous avez perdues les joueurs.
  • Si tout le monde a apprécié la partie.
  • Identifier si des tensions se sont formées à la table.

Et ceux, afin de permettre de cerner les situations à risque et les limiter ou changer l’angle d’approche pour les effacer et/ou les restreindre.

Avez-vous maîtrisé les règles ?
Ce point découle ou plutôt peut impacter l’ambiance de la table. En effet, combien de fois entant que joueurs, vous avez pu rencontrer un MJ qui ne connaissait pas les règles et suspendait littéralement la partie afin de pouvoir consulter l’appendice 2 du livre 4 de la campagne (et en plus, c’est du vécu).
Au contraire, en cas d’oublie, avez-vous su pallier à ce manque en trouvant une solution de contournement.
Avez-vous été objectif et appliquez les mêmes règles à tous.
Avez vous su vous approprier les règles de manière naturelle en les appliquant de façon “éclairée” et/ou en les adaptant à votre façon de maîtriser (ça fera l’objet d’un article ça).

Il était comment le scénario de la campagne ?
Alors là, on a deux cas : campagne inventée ou campagne du commerce/déjà existante.
Personnellement, je n’ai pas de préférence en la matière, ainsi sur les quatre campagnes deux venaient du commerce et deux étaient du pure Home Made.
Dans la campagne du commerce, on va surtout s’intéresser à savoir si vous avez sut la personnaliser en fonctions des décisions des joueurs, leur permettant des libertés tout en les réaiguillants doucement vers la trame principal.
Dans la campagne inventée, on va s’intéresser à la clarté de la trame et l’enchaînement des événements ; car après tout vos joueurs ont fait l’office de bêta testeur.
Oui, je sais nombre de campagne de JDR n’ont jamais été joué (Véridique et sourcé : Comment fabriquer un jeu de rôle, par Guylène, la consultante qui nous détricote cette nébuleuse [39m – 1h21])
Mais sur une campagne du commerce, on a des fans qui livrent des addendas, des erratas ou des comptes rendues de partie pour vous permettre d’éviter les erreurs et écueils à ne surtout pas commètre, ici vous êtes sans filets.
Il est donc important pour vous d’identifier : ce qui a bien marché et au contraire ce qui a fait un flop monumental.
Quelle corde a particulièrement bien fonctionné créant la surprise sans être complètement “What that fuck” ! Et à l’inverse, quelle partie de votre campagne n’a pas fonctionné et pourquoi :

  • Ne correspondait pas aux attentes des joueurs ?
  • Trop dilué dans le fluff que vous avez créé ?
  • Inintéressant aux yeux des joueurs et pourquoi ? Mal amené, mal identifié, …

Comment était votre jeu ?
Dernier point et non des moindres, on va aborder ici comment vous avez fait vivre votre campagne.
En effet, au-delà des règles et du scénario, on va parler ici de leurs mises en scènes par le biais de l’utilisation des PNJ, mais aussi de la description des décors et de l’action.
Vos joueurs ont ils aimé les PNJ ?
Pour le savoir, il faut s’intéresser aux résumés qu’ils ont fait ou quand ils parlent de la partie, s’ils vous parlent avec affection de vos personnages leurs donnant des petits noms, ou parlant avec émotion de la disparition d’un personnage, c’est que vous avez atteint votre but.
À l’inverse, s’ils ne se souviennent même pas de son nom, c’est qu’il y a un problème.
Qu’il soit sympathique ou antipathique, votre PNJ doit avoir marqué et il vous faut identifier pourquoi, afin de créer des personnages dans ce sens.

Les descriptions étaient elles agréables et précises ?
On ne vous demande pas de faire du œil noire première édition en détaillant la nature des matériaux utilisés et les dimensions au centimètre prêt.
Mais de donner une représentation immersive ! Avez-vous utilisé des palettes de couleurs, des supports visuels ? Avez-vous parlé des odeurs, des sons, des sensations qu’éprouvaient les personnages ? Afin que chaque lieu soit unique et est sa propre atmosphère ?
Au contraire, quel endroit avez-vous raté à expliquer si bien que vos joueurs se sentaient perdus dans le lieu où ils se trouvaient ou ne comprenaient pas ce qu’il se passait.
Il vous est important d’identifier si vous arrivez mieux à décrire des espaces clos ou au contraire de grands espaces et comment s’en servir pour pallier à vos difficultés sur d’autres types d’environnements.

J’espère que tous ces éléments vous seront utiles ; et je serais très heureux d’avoir vos retours dessus surtout si j’ai oublié des éléments.
D’ailleurs, on pourrait dire à juste titre que j’ai oublié de parler de la narration, mais c’est un sujet tellement vaste et tellement sujet à appréciation personnel qu’elle fera l’objet d’un article dédié.
Sur ceux bonne semaine à tous et à toutes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s