Le MJ est il un joueur comme un autre ?

Le MJ est il un joueur comme un autre ?

Est ce que vous connaissez les Podcast Frankenstein ?
Si oui, c’est que comme moi, vous aimez pas mal les podcasts sur les jeu de rôle et êtes tombés déjà dessus à l’occasion.
Dans le cas contraire, laissez-moi, vous détaillez un peu cet étrange projet.

Tout est parti d’une idée de Thomas Munier ; non pas le joueur du PSG (il manque un e), mais entre autres l’auteur de In Florenza et de Milleveaux. Faire un podcast à plusieurs voix ou tout le monde peut participer.

Depuis le premier numéro paru en Novembre 2018, quatre autres épisodes sont sortis, hébergés de si de là et traitant à chaque fois d’une thématique différente.

Je vous remets ci-après les précédentes thématiques et site ou ils sont hébergés :

Comment les actual plays transforment le jeu de rôle ?

Quel impact le jeu de rôle en ligne a-t-il eu sur votre pratique ?

Le jeu de rôle peut-il changer les mentalités ?

Joueurs, comment est ce que vous créez vos personnages ?

Le jeu de rôle était il mieux avant ?

Et maintenant, c’est le sixième épisode : Le MJ est il un joueur comme un autre ? Qui est en cours de captation actuellement.

Comme le thème me parle et me plaît beaucoup, j’ai décidé d’y participer et je vous mets donc ci-après la retranscription écrite de ma participation audio.

Bonjour tout le monde et un grand merci à Valkan et donc à dice and clic de continuer l’aventure du Frankenstein Podcast.
Alors comme ma voix doit être inconnue de tout le monde ou presque, je me permets de me présenter, je suis Allegas alias Alexandre, joueur et MJ depuis une bonne dizaine d’année maintenant, grand consommateur de podcast et de lets plays sur le jeu de rôle.
N’étant pas habitué à m’enregistrer ou à parler devant un ordinateur, je vous prie de m’excuser si ce n’est pas parfait, je vais tâcher de faire au mieux.

Si je me permets de prendre aujourd’hui la parole, c’est pour répondre ou du moins donner ma réponse à la question posée : le mJ est il un joueur comme un autre ?

Alors moi cette question me parle beaucoup, car je suis très souvent du côté non coloré du paravent.
Et ça a fait écho dans ma tête avec peut-être une des seules problématiques de mes cours de philos dont j’arrive encore me souvenir (le bac est loin, très loin maintenant.).
C’était l’homme, est-il un animal ou plus qu’un animal ?
Et je pense que la réponse de l’époque peut tout à fait s’adapter ici.

En effet, le MJ est un joueur comme les autres.
Après tout, comme tout le monde à la table, il partage les mêmes attentes, les mêmes envies.
Celles-ci sont facilement repérables :
Passer un bon moment
Prendre plaisir au récit
Et se laisser porter par celui-ci.

Comme tout autre joueur, on sait que le MJ va s’être bien amuser quand il s’est pris d’un affectif pour les protagonistes que se soientt les personnages joueurs ou les personnages non-joueurs qu’il va incarner.

Après tout, on dit que le MJ doit être fan des personnages joueurs.
Et on dit que les joueurs prennent du plaisir quand ils sont fans des personnages non-joueurs.
Aussi ne sont-ils pas pareils à être fans des uns et des autres ?

Mais tout comme l’homme est plus qu’un animal, car il a conscience de sa mort. Le MJ est plus qu’un joueur, car il a conscience de la fin du scénario.
Car à mon sens, même le MJ ayant le plus grand sens de l’improvisation sait ou il veut aller même si la partie peut prendre des lacets et des détours au grès des décisions des joueurs.
Aussi, le MJ est plus qu’un joueur, car il a moins qu’un joueur, perdant du fait de son statut une grande partie du plaisir de la découverte car connaissant à l’avance les tenants et les aboutissants du scénario ou de la campagne.

De plus, du moins dans le jeu de rôle classique, le joueur MJ à des fonctions régaliennes.
En effet, il est à la fois l’adversité, le monde, le gardien des règles et l’arbitre.
Si se sont les actions des joueurs qui vont donner vie au monde :
– Interloquer le PNJ lambda et prendre fait et cause pour lui.
– Décidez de la marche à suivre et des lieux à explorer.
C’est le MJ qui va mettre en scène ces éléments dans le cadre qu’il a créé ou qu’il s’est approprié par le biais des livres.

Enfin, d’un certain côté, les autres joueurs vont en grande partie se reposer sur le MJ pour assurer la réussite de la partie :
Entre celui qui veut de l’action.
Celui qui veut du rôle play voire du drama.
L’autre qui veut de l’exploration
Et le dernier qui veut de l’enquête
Le MJ doit cristalliser les attentes de la table ainsi que les siennes en un ensemble cohérent.

Mais pour autant est-ce quelque chose de figé ?
Je pense sincèrement que non.

Avec les pdf, les outils informatiques comme roll20 et les applications mobiles qui se développent, de plus en plus autour de la table que se soit pour gérer la fiche, les jets de dés voire les deux en même temps.
Le MJ est de moins en moins le garant des règles.

Les jeux propulsés par l’apocalypse et notamment The Sprawl par exemple placent les joueurs plus que jamais dans la narration voir dans la création même du monde avec la création collaborative de la ville, de ses quartiers et des corporations.

Et de plus en plus de jeu de rôle qui n’en sont pas vraiment comme le veut l’idiome consacré. Éclatent le rôle même du MJ pour répartir ses pouvoirs et fonctions entre les joueurs montrant que le MJ est au final un joueur à la table tout aussi remplaçable que celui qui ramènes les chips goût barbecue ! 

Pour conclure, je dirais que non le MJ n’est pas un joueur comme un autre. 
Mais pour autant, il en est un !
Ce qui est dommageable, c’est que trop de personnes l’oublie et ceux des deux côtés du paravent à l’image des débats qu’il y avait eut plutôt dans l’année ou certains MJ s’étaient senti offusqué car on leur demandaient de payer leur place à certaine manifestation alors qu’ils faisaient le sacrifice d’être MJ.
MJ ce n’est pas un sacrifice, c’est jouer, mais d’une autre manière, c’est être un joueur oui, mais un joueur privilégié.

Et c’est sur ce sentiment que je ressens à chaque partie er sur lequel je vais vous laisser et aller écouter les réponses des petits copains.
Bonne journée tout le monde et bon jeu !

Bonjour tout le monde et un grand merci à Valkan et donc à dice and declic de continuer l’aventure du Frankenstein Podcast.
Alors comme ma voix doit être inconnue de tout le monde ou presque, je me permets de me présenter, je suis Allegas alias Alexandre, joueur et MJ depuis une bonne dizaine d’année maintenant, grand consommateur de podcast et de lets plays sur le jeu de rôle.
N’étant pas habitué à m’enregistrer ou à parler devant un ordinateur, je vous prie de m’excuser si ce n’est pas parfait, je vais tâcher de faire au mieux.

Si je me permets de prendre aujourd’hui la parole, c’est pour répondre ou du moins donner ma réponse à la question posée : le mJ est il un joueur comme un autre ?

Alors moi cette question me parle beaucoup, car je suis très souvent du côté non coloré du paravent.
Et ça a fait écho dans ma tête avec peut-être une des seules problématiques de mes cours de philos dont j’arrive encore me souvenir (le bac est loin, très loin maintenant.).
C’était l’homme, est-il un animal ou plus qu’un animal ?
Et je pense que la réponse de l’époque peut tout à fait s’adapter ici.

En effet, le MJ est un joueur comme les autres.
Après tout, comme tout le monde à la table, il partage les mêmes attentes, les mêmes envies.
Celles-ci sont facilement repérables :
Passer un bon moment
Prendre plaisir au récit
Et se laisser porter par celui-ci.

Comme tout autre joueur, on sait que le MJ va s’être bien amuser quand il s’est pris d’un affectif pour les protagonistes que se soientt les personnages joueurs ou les personnages non-joueurs qu’il va incarner.

Après tout, on dit que le MJ doit être fan des personnages joueurs.
Et on dit que les joueurs prennent du plaisir quand ils sont fans des personnages non-joueurs.
Aussi ne sont-ils pas pareils à être fans des uns et des autres ?

Mais tout comme l’homme est plus qu’un animal, car il a conscience de sa mort. Le MJ est plus qu’un joueur, car il a conscience de la fin du scénario.
Car à mon sens, même le MJ ayant le plus grand sens de l’improvisation sait ou il veut aller même si la partie peut prendre des lacets et des détours au grès des décisions des joueurs.
Aussi, le MJ est plus qu’un joueur, car il a moins qu’un joueur, perdant du fait de son statut une grande partie du plaisir de la découverte car connaissant à l’avance les tenants et les aboutissants du scénario ou de la campagne.

De plus, du moins dans le jeu de rôle classique, le joueur MJ à des fonctions régaliennes.
En effet, il est à la fois l’adversité, le monde, le gardien des règles et l’arbitre.
Si se sont les actions des joueurs qui vont donner vie au monde :
– Interloquer le PNJ lambda et prendre fait et cause pour lui.
– Décidez de la marche à suivre et des lieux à explorer.
C’est le MJ qui va mettre en scène ces éléments dans le cadre qu’il a créé ou qu’il s’est approprié par le biais des livres.

Enfin, d’un certain côté, les autres joueurs vont en grande partie se reposer sur le MJ pour assurer la réussite de la partie :
Entre celui qui veut de l’action.
Celui qui veut du rôle play voire du drama.
L’autre qui veut de l’exploration
Et le dernier qui veut de l’enquête
Le MJ doit cristalliser les attentes de la table ainsi que les siennes en un ensemble cohérent.

Mais pour autant est-ce quelque chose de figé ?
Je pense sincèrement que non.

Avec les pdf, les outils informatiques comme roll20 et les applications mobiles qui se développent, de plus en plus autour de la table que se soit pour gérer la fiche, les jets de dés voire les deux en même temps.
Le MJ est de moins en moins le garant des règles.

Les jeux propulsés par l’apocalypse et notamment The Sprawl par exemple placent les joueurs plus que jamais dans la narration voir dans la création même du monde avec la création collaborative de la ville, de ses quartiers et des corporations.

Et de plus en plus de jeu de rôle qui n’en sont pas vraiment comme le veut l’idiome consacré. Éclatent le rôle même du MJ pour répartir ses pouvoirs et fonctions entre les joueurs montrant que le MJ est au final un joueur à la table tout aussi remplaçable que celui qui ramènes les chips goût barbecue ! 

Pour conclure, je dirais que non le MJ n’est pas un joueur comme un autre. 
Mais pour autant, il en est un !
Ce qui est dommageable, c’est que trop de personnes l’oublie et ceux des deux côtés du paravent à l’image des débats qu’il y avait eut plutôt dans l’année ou certains MJ s’étaient senti offusqué car on leur demandaient de payer leur place à certaine manifestation alors qu’ils faisaient le sacrifice d’être MJ.
MJ ce n’est pas un sacrifice, c’est jouer, mais d’une autre manière, c’est être un joueur oui, mais un joueur privilégié.

Et c’est sur ce sentiment que je ressens à chaque partie er sur lequel je vais vous laisser et aller écouter les réponses des petits copains.
Bonne journée tout le monde et bon jeu !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s